INGREDIENTS/01-2012

CBB Développement

EVALUATION IN VITRO ET IN VIVO D’UN EXTRAIT D’ANETH

Cette étude a pour but d’évaluer la capacité d’un extrait d’aneth à améliorer l’élasticité cutanée in vitro et in vivo. Egalement, les auteurs mettent en évidence la pertinence d’utiliser le bio-tribomètre comme outil d’exploration et de mesure des propriétés biomécaniques de matériaux complexes comme la peau.



Les fibres élastiques sont indispensables pour les propriétés biomécaniques des tissus conjonctifs tels que le derme. Malheureusement avec l’âge, la peau perd de son élasticité. Cependant, cette perte n’est pas due à la diminution des fibres élastiques (essentiellement la tropoélastine et les microfibrilles) qui, en nombre, restent d’un niveau constant mais à la diminution de l’expression d’enzymes responsables des liaisons interfibres. En effet, la LOXL (lysyl oxydase-like) est une enzyme extracellulaire qui provoque des liaisons entre les microfibrilles et la tropoélastine assurant la fonctionnalité de la fibre élastique.
Dans une étude précédente, les auteurs avaient montré qu’un extrait de graines d’aneth pouvait augmenter l’expression de la LOXL dans des fibroblastes en culture. Pour cet article, ils évaluent sa capacité à améliorer l’élasticité cutanée in vitro et in vivo à l’aide d’une méthode non-invasive, le bio-tribomètre par mesure de l’élasticité latérale sur des dermes équivalents (DEs) dans un premier temps puis à travers une étude clinique conduite sur 50 volontaires.
 
L’aneth (Anethum graveolens) est une plante aromatique, utilisée comme épice en alimentaire. Il a été largement utilisé comme plante médicinale notamment comme antispasmodique, diurétique et stimulant. Des activités sédatives et antimicrobiennes ont également été mises en avant. En ce qui concerne les graines, elles contiennent de 1,2 à 7,7 % d’huile essentielle composée de carvone, de d‑limonène et d’α‑phellandrène à hauteur de 90 %.
 
Pour les essais, l’extrait d’aneth est obtenu par broyage des graines puis ajout d’eau distillée en proportion 95/5 (p/p). L’ensemble est filtré sur 0,45 µm et utilisé à 1 %.
Pour l’étude clinique, les volontaires étaient des femmes de 43 à 56 ans, dont les critères de sélection étaient les suivants : rides moyennes à sévères au niveau de la patte d’oie, manque d’élasticité de la peau, poids corporel stable depuis 2 mois, pas d’utilisation de soins antirides au cours des 2 semaines précédentes (rétinol, α‑hydroxyacides) et pas d’intention d’utilisation des cabines de bronzage. Deux groupes de 25 ont été formés : le premier utilisant la formule placebo et le deuxième, l’extrait d’aneth.
 
Pour l’étude in vitro et avec le bio-tribomètre, les auteurs montrent une amélioration de 29 % de l’élasticité latérale de DEs par rapport à un témoin DEs non traité.
Pour l’étude in vivo, la mesure par cutométrie du retour élastique et de la fermeté cutanée montrent une amélioration au bout de 56 jours de traitement, comparée au placebo et qui se maintient jusqu’aux 84 jours de l’étude. En outre, la surface moyenne des rides et leurs longueurs ont été significativement réduites au terme des 84 jours d’essai.
Enfin, l’auto-évaluation des volontaires montre qu’après 56 jours d’application de l’extrait d’aneth, 90 % des sujets traités notent une amélioration de la texture de la peau et de son élasticité, 81 % disent que le contour du visage est redéfini et la peau est plus ferme et 76 % déclarent que les rides et ridules sont moins visibles. Après 84 jours d’essais, 100 % des sujets se disent satisfaits de l’extrait d’aneth.


PIROT D.


Avis de CBB Développement :

cette étude a le mérite de présenter scientifiquement des résultats déjà divulgués dans la presse en 2008. Ils mettaient en avant les travaux de Pascal Sommer, directeur de recherches CNRS à l'Institut de biologie et de chimie des protéines de Lyon. Des entreprises fabriquent le principe actif à base d'extrait d'aneth qu'elles commercialisent auprès des sociétés de cosmétiques qui l'incorporent déjà dans leurs propres formules, généralement en tant qu’agent tenseur.



SOHM B., CENIZO V., ANDRE V., ZAHOUANI H., PAILLER-MATTEI C., VOGELGESANG B. (2011).
Evaluation of the efficacy of a dill extract in vitro and in vivo.
International Journal of Cosmetic Science, 33, (2), 157-163.

 

MOTS-CLES : ANETH, COSMETIQUE, ELASTICITE, ENZYME LOXL, EXTRAIT, FIBRE, PEAU, RIDE

Plus d'infos...